27/11/2015

Mobilisation citoyenne contre un projet de voie de tram dans la rue de Savoie

Dans un but d'investissement immobilier (pour son propre avantage financier et non pour un quelconque intérêt public), CFF Immobilier SA va construire deux immeubles de rapport à l'avenue de la Gare-des-Eaux-Vives, notamment à la place du vieux Bâtiment des voyageurs de la gare des Eaux-Vives (datant de 1887), en face des rangées d'immeubles "Heimatstil", à forte valeur patrimoniale, construits par le grand architecte genevois Léon Bovy au tout début du XXe siècle.

Mais le projet prévoit que les installations de chantier du promoteur occupent le domaine public sur la moitié nord de la place de la Gare des Eaux-Vives, pendant plusieurs années, alors même que les deux immeubles à construire seront situés dans le périmètre de 5 hectares du PLQ de la Gare des Eaux-Vives, vide de construction de surface. Premier scandale !

Afin de permettre cette occupation du domaine public par les installations de chantier, le promoteur - qui démontre hélas bien peu de respect pour le quartier et ses habitants - projette :

1) d'abattre tous les arbres au milieu et au nord de l'avenue de la Gare des Eaux-Vives - 2e scandale !

2) de supprimer toutes les places de stationnement (en zone bleue avec macarons) où les habitants garent leurs véhicules - 3e scandale !

3) d'éliminer purement et simplement les bandes cyclables sur l'avenue (ce qui rend la circulation des cyclistes beaucoup plus dangereuse) - 4e scandale !

4) d'implanter des centrales de production de béton et  de bentonite, qui causent beaucoup de bruit et de poussières (ce qui a un impact qui peut être grave sur la santé), à quelques mètres des habitations - 5e scandale !

5) et de s'installer sur l'actuelle boucle de rebroussement du tram, ce qui entraîne le projet de construction d'une boucle de tram de remplacement passant par la rue de Savoie - 6e scandale !

En effet, la rue de Savoie subit déjà un trafic important et des nuisances sonores dépassant les valeurs limites fixées par le droit fédéral, ce dont les habitants se plaignent auprès de l'administration cantonale depuis de longues années. Ainsi, à ce niveau excessif de nuisances sonores s'ajouteraient encore les vibrations, grondements et grincements dus au passage du tram dans la rue de Savoie, laquelle est courbe et en déclivité (impliquant des freinages causant du bruit additionnel), avec des virages à 90° à son entrée et à sa sortie, ce qui va engendrer des atteintes sonores particulièrement aiguës, répercutées par l’étroitesse (seulement 12 mètres) et la hauteur de cette rue qui forme un couloir.

Dès lors, proposer de condamner la boucle de rebroussement actuelle pour construire une voie de tram dans une des rues les plus étroites de la République est un comble du point de vue de la pesée entre l'intérêt privé d'un promoteur et les intérêts de tous les habitants et usagers du quartier.

Plus de 120 habitants du quartier se sont opposés par écrit à ce projet scandaleux à tous égards. L'Office fédéral des transports doit se prononcer. Affaire à suivre de près !

10:54 Publié dans Développement durable, Genève, Urbanisme | Lien permanent | Commentaires (37) | |  Facebook | | |

Commentaires

C’est la capacité des carrefours qui détermine la fluidité d’un axe. Le franchissement du carrefour route de Chêne avenue de l’Amandolier/rue de Savoie sera encore plus problématique.
Là on est sur deux axes majeurs. Direction Grange-Canal, la boucle de rebroussement projetée devant prendre naissance à la route de Chêne pour obliquer à gauche à 90° et s’engouffrer dans l’étroite rue de Savoie. Non seulement le dit projet entrainera un obstacle supplémentaire au passage du trafic sur cet axe principal vers les communes suburbaines et en sens inverse vers la ville.
Il faut condamner ce projet de boucle de rebroussement du tram par la rue de Savoie. Comme on sait la rue de Savoie subit déjà un trafic important de véhicules et les nuisances sonores qui en résultent. La boucle de rebroussement du tramway actuelle remplit bien son rôle, pas de raison de modifier.
Pour ce qui est des marronniers qui devraient être abattus, c’est également contraire au bon sens étant donné qu’un peu plus loin à l’avenue de la gare des Eaux-Vives plus de 45 beaux arbres, dont des cèdres, d’un petit parc viennent d’être abattus pour le bienfait d’un promoteur privé.

Écrit par : M. Heyman | 05/12/2015

De plus, de nombreux immeubles entre la rue de Savoie et la gare des Eaux-vives ne bénéficient toujours pas de fenêtres à double vitrage. Ces installations et travaux s'ajouteraient donc aux nombreuses nuisances sonores engendrées par le chantier CEVA. Les habitants font déjà preuve
patience vis-à-vie du chantier qui devra durer encore des années.

Écrit par : Lara | 06/12/2015

Le canton ne laisse-t-il pas faire ce promoteur, à savoir CFF Immobilier, à sa guise? Sous prétexte que ce promoteur est émanation de la Régie fédérale, il semble se conduire en dictateur. Non content de nous faire subir une architecture très - trop? - conventionnelle, CFF Immobilier veut occuper le territoire de la collectivité (à savoir la moitié de la place de la Gare des Eaux-Vives), et pour cela il fait faire une nouvelle boucle de tram par la rue de Savoie, véritable torture pour les riverains qui seront soumis à son bruit grinçant dans cette très étroite rue. Et tout cela aux frais de la princesse, c'est à dire de nos impôts. Sachant cela, qui a le front de prétendre que c'est l'intérêt général qui est sauvegardé? Non, il s'agit de l'intérêt particulier de CFF Immobilier qui va gagner des loyers d'arcades commerciales (non soumises au droit genevois quant aux horaires d'ouverture), de bureaux, de logements et de parkings souterrains!

Écrit par : fabia | 06/12/2015

Les CFF : un Etat dans l'Etat ?

Écrit par : J.-Ph. Koch | 06/12/2015

"Un Etat dans l'Etat" je confirme. En l'occurrence, le point d'interrogation est superflu. Ayant eu affaire à eux pour un autre projet que celui dont il est question ici, je peux en témoigner: quand ils sont venus chez moi pour un état des lieux avant travaux, j'aurais pu croire à une visite de la Stasi. Par la Suite, ils envoient leurs geometres dans votre propriete sans même vous en avertir.
Mais leur plus grande escroquerie reste le CEVA qu'ils pilotent et dont ils seront seuls en finalite a tirer Profit. Lisez a ce propos dans Blogres les articles que Pierre Beguin a consacres a ce scandale!

Écrit par : Edouard | 07/12/2015

En tant que résidente de la rue de Savoie, je ne peux arriver à concevoir une telle abération que la construction d'une ligne de tram dans cette rue.
Je ne suis heureusement pas affectée par le problem de parking, ayant déjà pris un box dès que j'ai entendu parler du projet du CEVA. C 'est un coût supplémentaire à mes frais fixes, mais il me semblait nécessaire pour ma proper tranquilité à l'avenir.
Cependant, les "virages" nécessaires pour qu'un tram accède dans cette rue, et en resssorte côté Route de Chènes, vont agrémenter de multiples problèmes de circulation à un axe déjà saturé, mais pourtant clef à de nombreux frontaliers, ou habitants Suisses des bords du lac pour accéder à Malagnou, Carouge et l'hopital... C'est également un axe qui permet d'éviter de saturer encore plus l'Avenue Pictet de Rochemont pour descendre vers la rive droite.
Le feux en bas de la rue de Savoie est déjà (très) long, ne laisse passer que quelques voitures au compte goute. Il est perturbé par les lois de priorités de cet axe, ou le tram 12 passe à intervalle régulier. Au passage du tram, les voitures sont donc bloquées pour un tour de signalisation supplémentaire.
J'aime mon quartier, je suis ouverte au dévelopment et au CEVA, mais il me semble que certains projets ne vont pas dans le sens de l'optimisation de la circulation, et du bien être des riverains et conducteurs journaliers.

Écrit par : Caroline | 07/12/2015

Les CFF agissent ainsi motif pris qu'ils ont besoin d'un maximum de rentabilité de leur parcs immobiliers pour pouvoir assurer les rentes LPP de leurs employés.

La considération des habitants du quartier n'est pas prise en compte. Il faut résister et faire comprendre aux autorités que ce projet est ,d'une part, mauvais et d'autre part, à l'opposé des intérêts d'une vie de quartier harmonieuse pour tous.

Écrit par : Stéphane | 07/12/2015

Voyons, un peu de bon sens, la rue de Savoie dotée d'une boucle pour le tram? pourquoi pas un 4 voies? Erreur d'aiguillage... Que de scandales en effet.
Merci pour cet article!

Écrit par : Véronique | 07/12/2015

Un tram à la rue de Savoie, une énorme erreur d'aiguillage!
Les scandales énumérés sont consternants.
Merci pour cet article !

Écrit par : Véronique | 07/12/2015

Merci, Caroline, de votre réaction. Mais le scénario est encore pire : le projet prévoit en effet que les trams monteront la route de Chêne jusqu'à la rue de Savoie qu'ils descendront vers l'avenue de la Gare des Eaux-Vives. Donc des bruits de freinage viendront s'ajouter aux vibrations, grondements et grincements.

Écrit par : J.-Ph. Koch | 07/12/2015

incroyable! allons aux faits: c'est qui, qui est payé combien, pour imposer cette décision de tracé?

que le citoyen demande à La Ville-de-Genève la communication
- du tracé de toutes voies et lignes de tram existantes avant 1960
- du coût des démolitions des voies et lignes de tram existantes avant 1960
- la cartographie du tracé des voies de tram démolies et de celles crées depuis 1960

Bref: Il ne suffit pas d'employer un français de Bordeaux aux TPG,
pour répondre, avec satisfaction ou pas, aux attentes des suisses de Genève.

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 08/12/2015

Une fois de plus, les intérêts financiers de quelques-uns priment sur la qualité de vie d'habitants dont la patience est déjà mise à rude épreuve avec le chantier du CEVA.
De leur conception à leur réalisation, ces projets sont révoltants.
Et pourquoi ne pas plutôt construire des logements, dans des conditions respectueuses des personnes vivant à proximité ?

Écrit par : iiahouu | 09/12/2015

D'accord avec tous ces commentaires!

Écrit par : Jean-Michel Esperet | 12/12/2015

J'ai de la peine à m'imaginer comment des trams ET des voitures puissent circuler dans la rue de Savoie qui n'a pourtant pas les dimensions d'une autoroute.

Écrit par : Esther | 12/12/2015

Mais ou sont passé les verts ou les protecteurs des arbres ?
Protégeons ce qui reste de cette belle allée d'arbres de l'avenue de la gare des Eaux-Vives. Non à ce plan aberrant.

Écrit par : Manopolo | 12/12/2015

Et ce n'est pas le double vitrage, qui sera installé aux fenêtres des immeubles avoisinants l'année prochaine (eh oui, si tard !) qui isolera les habitants du bruit... ni de la poussière, ni de la vue de la centrale à béton, ni des arbres déracinés...

Et tout ça pour quoi ? Pour un investisement immobilier des CFF sans intérêt public ?! Non mais quelle honte !!

Écrit par : Laura | 12/12/2015

L'intérêt public n'est-il pas dans la construction de logements découlant de ce projet, tout simplement? Le fait qu'un promoteur privé, filiale d'une régie publique empoche son bénéfice au passage n'enlève pas le fait qu'au final, il y aura des logements supplémentaires.

Écrit par : Caroline Emmenthal & Vallèrian Appenzell | 13/12/2015

Réponse à Caroline & Vallérian:
Nous soutenons la construction de logements à Genève. Ce doit être une priorité politique car le manque de logements cause non seulement un marché aux prix indécents, mais aussi l'impossibilité de se loger pour de trop nombreux Genevois (notamment les jeunes). Les bénéfices du promoteur ne sont pas l'objet de la controverse.

Non, ce qui fait problème dans ce projet, c'est la méthode et les moyens utilisés pour atteindre le but de construire deux immeubles. En effet, conformément au droit suisse, l'intérêt public - qui est multiple (notamment, assurer l'instruction publique et la justice, défendre la liberté, la sécurité, la santé et le bien-être de la population, protéger la nature, le patrimoine et la culture) - est limité par le principe de proportionnalité : l’activité de l’Etat doit non seulement répondre à un intérêt public, mais aussi être proportionnée au but visé (cf. art. 5 al. 2 et 36 al. 3 de la Constitution fédérale).

En d'autres termes, l'action de l'Etat doit être en adéquation avec le but d'intérêt collectif poursuivi : elle doit être (1) nécessaire pour atteindre ce but, (2) mesurée (le moyen utilisé doit être le plus pondéré possible pour atteindre ce but) et (3) sans alternative (subsidiarité). Il faut parfois peser des intérêts publics opposés : par exemple, quand la lutte contre la pénurie de logements s’oppose à la protection du territoire.

Ainsi, la proportionnalité correspond à une notion de mesure : le moyen utilisé doit être le plus clément possible. Sinon, pourquoi ne pas démolir la cathédrale pour construire des HLM?

Or justement, dans le but (légitime) de construire des immeubles (à noter qu'ils abriteront non seulement des logements, mais aussi commerces, bureaux et galerie commerciale), le promoteur veut être autorisé à implanter ses installations de chantier sur le domaine public qu'est la place de la Gare des Eaux-Vives, et ce pendant plusieurs années, en abattant tous les arbres et en s'établissant sur l'actuelle boucle de rebroussement du tram, ce qui entraînerait la construction d'une voie de tram de remplacement dans la rue de Savoie.

Nous considérons que les moyens proposés pour construire ces immeubles ne sont pas proportionnés, puisqu'ils ne sont pas les plus cléments possibles (car les installations de chantier pourraient être localisées sur les 5 ha de la friche du PLQ) et que la gravité des atteintes causées à d'autres intérêts publics - comme la santé et le bien-être de la population, la sécurité des cyclistes, la nature et le patrimoine (les rangées d'arbres) - n'est pas en adéquation avec la construction de ces deux immeubles privés.

Écrit par : J.-Ph. Koch | 13/12/2015

Et, last but not least, est-il juste que la collectivité paye la construction d'une voie de tram (ce qui va empoisonner la vie des habitants et usagers dans l'étroite artère qu'est la rue de Savoie) juste pour qu'un promoteur puisse poser ses installations de chantier au milieu de la route sur la boucle de rebroussement de tram actuelle?

Écrit par : Fabia | 13/12/2015

Ce projet est une véritable honte. Enlever les arbres, endommager le patrimoine de la ville, tout cela à la barbe des habitants du quartier ? Heureusement qu'il y a des blogs comme le vôtre pour nous informer de ce scandale.

Écrit par : Isa | 13/12/2015

Mépriser ainsi le bien-être de la population est une véritable honte! Ces projets générateurs d'un maximum de nuisances la plupart du temps pour une efficacité discutable... se font sur le dos ces citoyens qui n'ont qu'à payer des factures scandaleuses... Faire passer le tram dans cette ruelle constamment engorgée tient de l'imbécillité et de l'irresponsabilité la plus flagrante... A moins que ce dispositif ne permette à quelques uns de s'en mettre un maximum dans les poches... comme c'est le plus souvent le cas... on creuse... on ferme... on rouvre... on ferme... et on recommence...

Écrit par : Cecilia | 13/12/2015

Qui a voté le crédit pour construire des rails de tram "temporaires" ? La ville ou le canton ? Pourquoi les CFF ne vont-ils pas payer ces rails ?

Écrit par : Pauline | 13/12/2015

Ce projet doit urgemment être repensé!

Écrit par : Taluna | 13/12/2015

Réponse à Pauline:
En bonne logique, les CFF devraient en effet payer la nouvelle voie de tram par la rue de Savoie, puisqu'elle vise à remplacer l'actuelle boucle de rebroussement (qui fonctionne pourtant très bien). Mais vous allez voir que l'on va nous expliquer qu'il s'agit d'un développement favorable aux TPG et que donc les contribuables genevois doivent payer!

Non seulement les habitants et usagers du quartier vont pâtir du chantier sur la place de la Gare des Eaux-vives et de la voie de tram dans la rue de Savoie, mais encore ils vont devoir payer des impôts pour tout cela!

Écrit par : J.-Ph. Koch | 13/12/2015

Ou comment partir d'un beau projet, le CEVA, pour aboutir au dégradement de la vie des habitants....

Écrit par : Laure | 14/12/2015

Laura faisait remarquer que l'avantage de ce projet était finalement la construction de logements mais pour se faire on modifie à outrance tout un secteur, on impose nuisances supplémentaires aux habitants qui en subissent déjà ... Mettre sans dessus dessous l'avenue de la Gare des Eaux-Vives, la route de Chêne, la rue de Savoie... Peut-être y a-t-il plus simple pour mener à bien le dit projet?

De plus, de façon plus anecdotique toute l'avenue de la Gare des Eaux-vives avait été réaménagée et repensée pour accueillir le tram 17 qui a finalement disparu... Avenue mise encore une fois sans dessus dessous par la chantier CEVA... et là finalement, encore une fois, toute l'avenue est bouleversée pour modifier le trajet déjà existant du tram, à travers l'une des rues les plus petites de Genève...

Écrit par : Lara | 14/12/2015

Une fois de plus un projet qui coupe des arbres au profit du béton et ne respecte pas la valeur patrimoniale... De plus, au détriment de la sécurité des cyclistes! Il y a vraiment de quoi réagir et y repenser de façon à respecter l'environnement de manière durable!

Écrit par : Françoise | 14/12/2015

La rue de Savoie est déjà très encombrée avec la circulation actuelle augmentant les valeurs limites applicables en matière de bruit de 5 h à minuit passé.Le projet n’apportera aucune réduction de bruit, au contraire: il provoquera des grondements sourds,des grincements aigus et pénibles + de la rouille, comme c'est déjà le cas sur la route de Chêne. Non et non!

Écrit par : Gone | 15/12/2015

Un tram rue de Savoie quelle aberration! Une boucle de retournement existe déjà avenue de la Gare des Eaux-Vives, qui fonctionne parfaitement bien. Pourquoi construire une autre boucle et en passant par l'étroite rue de Savoie, déjà abondamment sollicitée par le trafic des bus TPG, des bus français et des voitures. Et pourquoi? Pour faire plaisir à CFF immobilier. C'est vraiment scandaleux.

Écrit par : Christiane | 16/12/2015

Ces questions n'auraient pas lieu d'être si nous avions eu l'intelligence de cautionner le projet de traversée de la Rade puisque l'essentiel du trafic motorisé se serait engouffré dans l'ouvrage à la rue de l'Amandolier.

Écrit par : PIerre Jenni | 17/12/2015

Quelle honte. Une des dernières belles rues de Genève, avec ses magnifiques platanes qui laissent respirer une ville qui perd son souffle...

Écrit par : Pierre-Emmanuel Fehr | 17/12/2015

Les problèmes de circulation sont d'une grande complexité et une traversée de la Rade en est un paramètre.

Mais je ne suis pas persuadée que si cette traversée existait cela empêcherait CFF Immobilier d'occuper pour son chantier la moitié de l'avenue de la Gare des Eaux-Vives (désormais appelée place) au niveau du bâtiment de la gare SNCF, ni en conséquence de construire pour ce faire cette aberrante boucle de tram par la rue de Savoie.

Écrit par : Fabia | 18/12/2015

La rue de Savoie semble devoir être bien large et l'avenue de la Gare des Eaux-Vives vide d'habitants pour pouvoir convenir aux politiques, administratifs et autres tenants du projet dans sa forme actuelle.
Pour construire une ville pseudo-écologique, pourquoi ne pas rendre la vie des habitants actuels infernale?
Comment peut-on à ce point être dans le déni:
de la participation citoyenne?
du dégoût manifeste de la politique face à un tel mépris des gens concernés et de la réalité concrète, des avis des participants réels d'un projet concret?
Démocratique devrait-on croire? bouffon peut-être.

Écrit par : michel | 21/12/2015

A bas les absurdités des TPG! Groupons-nous et manifestons contre ces inepties qui rendent nos vies infernales.
Vive les arbres, vive la nature!!!

Écrit par : concombre masqué & tomate furieuse | 04/01/2016

Pourquoi les CFF et l'Etat se conduisent-ils en dictateurs vraiment PEU éclairés?

Je croyais avoir entendu que l'Etat de Genève voulait se lancer dans des procédures de concertation afin de permettre aux projets d'urbanisation d'être réfléchis et discutés avec l'ensemble des acteurs concernés (habitants, promoteurs, Etat, TPG, associations de défense de la nature et du patrimoine) dans le but d'éviter les blocages et de faire évoluer lesdits projets dans une direction satisfaisante pour toutes les parties... J'ai dû rêver!!!

Écrit par : MH | 05/01/2016

Depuis novembre 2011 nous subissons d'importantes nuisances dues au chantier du CEVA.

S'il est trop tard pour abandonner ce projet pharaonesque (1.6 milliard sans compter les plus-values qui s'ajoutent au fur et à mesure des travaux) je pense que le détournement de la ligne de tram 12 par la rue de Savoie est la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

En effet, ce projet de détournement n'apparaissait sur les plans de l'avant-projet de même que l'installation de centrales à béton et à bentonite.

Comment se fait-il que les CFF puissent prendre une telle décision ?

Si le projet est accepté malgré les nombreuses oppositions (qui trop souvent restent lettre morte auprès des autorités) cela voudra dire que pour les années à venir il deviendra insupportable de vivre en face de ce chantier.

Nous avons déjà subis le bruit et la pollution du chantier du CEVA mais il semble que nous ne sommes pas assez punis.

Et comment se fait-il que les CFF (entreprise publique qui tourne aussi avec nos impôts) puisse décider en se moquant délibérément des citoyens ?

Et afin d'augmenter le bruit et la pollution, on va abattre plus que 25 arbres, supprimer les places de stationnement définitivement et rendre l'accès aux immeubles quasi impossible !

Cette situation sera intolérable et je pense que tant les CFF que les promoteurs du projet devraient revoir leur copie.

Écrit par : Goetelen Jacques | 07/01/2016

Quel scandale !

En tant qu'habitant du rez de chaussée de la rue de Savoie, je crains pour le pire. Moi qui espérait qu'avec la nouvelle gare la rue allait être piétonne...

Merci pour cet article.

Écrit par : Arthur | 09/01/2016

Les commentaires sont fermés.