04/10/2008

Constitution et patrimoine

Le patrimoine peut être défini comme l'ensemble des biens reçus des générations précédentes, qu'il convient de transmettre intacts aux générations futures. Un tel concept dépasse donc celui de la propriété personnelle. Cette définition est d'ailleurs reprise par la Convention de l’UNESCO du 16 novembre 1972 sur la protection de l’héritage culturel et naturel mondial : "Le patrimoine est l’héritage du passé, dont nous profitons aujourd’hui et que nous transmettons aux générations à venir."

Genève possède un patrimoine riche et varié (paysages, bâtiments anciens et contemporains*, espaces publics, œuvres d'art), qui participe de la qualité de la vie.

Afin de faire de Genève la métropole qu’elle a les moyens d'être, il faut à la fois protéger et promouvoir ce riche patrimoine, qui est l'expression de notre histoire et de notre culture, en se fondant sur les trois axes suivants :

(i) gestion active du patrimoine bâti : il faut conserver et donc entretenir - voire restaurer ou transformer de manière adéquate - les constructions, de façon à en garantir la durabilité ; en matière d'économie d'énergie (51% de la consommation énergétique genevoise est utilisée pour le chauffage), malgré les défis architecturaux que représente l’isolation thermique intérieure et extérieure des bâtiments anciens, il faut trouver de cas en cas des solutions énergétiques équilibrées sans nuire à la qualité de chaque objet;

(ii) promotion de nouvelles constructions de qualité : les nouveaux bâtiments - qui formeront le patrimoine architectural de demain - doivent à la fois offrir à leurs usagers un espace de vie et/ou de travail de qualité et permettre une bonne sociabilité, mais aussi embellir notre cité;

(iii) urbanisation intelligente et durable, protégeant le paysage : il faut promouvoir la qualité de l’aménagement urbain et de l'environnement, en favorisant un développement urbain cohérent et durable (gestion de l’eau, de l’énergie, de la bio-diversité et de la mobilité) dans toute la région, de façon à diminuer la pression sur le paysage et à promouvoir tant la mixité fonctionnelle (habitations, bureaux, commerces, industries et lieux de culture) que la diversité sociale qui sont nécessaires pour que se maintienne le lien citoyen ; il est indispensable de concilier architecture et urbanisme avec l'espace bâti existant, tout en tenant compte de la société telle qu'elle évolue.

Ces enjeux sont essentiels. En conséquence, notre future Constitution devra :

  • faire en sorte de pérenniser une véritable politique patrimoniale reposant sur les trois piliers ci-dessus;
  • à côté de la fonction existante de conservateur cantonal, instituer un architecte cantonal et un urbaniste cantonal (comme dans d’autres cantons où cela fonctionne bien), chargés de gérer ces domaines-clés de manière professionnelle et dans la durée, dotés d'une compétence élevée et capables de présenter des projets d’ensemble et d’en débattre avec les autorités;
  • institutionnaliser, d’une part, la concertation et les procédures consultatives comme moyens de gouvernance permanents (cf. notre article "Constitution : pour la concertation" sur ce même blog), notamment avec les associations reconnues d’intérêt public (puisque justement l’Etat reconnaît qu’elles agissent dans l’intérêt collectif) et, d’autre part, pour la même raison, la qualité pour agir de ces mêmes associations dans le cadre de procédures de recours;
  • encourager la restauration du parc immobilier genevois, notamment par des mesures fiscales appropriées qui poussent les propriétaires à entretenir leurs immeubles ; c’est en effet dans l’intérêt de la collectivité que les bâtiments soient en bon état;
  • prescrire de rationaliser le droit de la construction, de façon à simplifier les normes applicables, pour favoriser la bonne compréhension de ces normes par tous les acteurs (professionnels de la construction, propriétaires, administration) et pour accélérer la réalisation des projets.
* Voir par exemple A. Brulhart & E. Deuber-Pauli: Arts et monuments - ville et canton de Genève (Ed. Benteli, Berne 1985, rééd. 1993); Service des monuments et des sites de la République et Canton de Genève: Répertoire des immeubles et objets classés (Ed. Georg, Genève 1994); Direction du patrimoine et des sites de la République et Canton de Genève: L'architecture à Genève 1919-1975 (Ed. Payot, Lausanne 1999, rééd. 2005); I. Roland et al.: Les maisons rurales du canton de Genève (Ed. Slatkine, Genève 2006); Ch. Amsler et al.: Jardin, jardins - 3 siècles de jardins à Genève (Ed. Infolio, Gollion 2008); Patrimoine suisse Genève: XXe - Un siècle d’architectures à Genève - Promenades (à paraître, Ed. Infolio, Gollion 2008).

Commentaires

"instituer un architecte cantonal et un urbaniste cantonal" ...encore plus de fonctionnaires.... non, bien entendu je plaisante, cela m'a bien l'air d'être une solution originale aux ennuis répétés de notre très cher Canton, byebye Ferrazinettes et autres mochetés.

Écrit par : Fred | 05/10/2008

notre Constitution il ya longtemps et beaucoup à ... Mais le seul changement et les résultats ne sont pas visibles)

Écrit par : Semenax | 27/08/2010

Les commentaires sont fermés.